Un masque contre la reconnaissance faciale

édition / photographie / GAN

Des filtres comme masques

Les réseaux sociaux mettent en place une option permettant de prendre des photographies à publier en story (avec la possibilité de pouvoir sauvegarder son image dans la galerie de son téléphone). Cette fonctionnalité met également à disposition l'option d'ajouter des filtres de couleurs mais aussi des filtres semblables à des masques virtuels. Leur conception s'apparente à de la réalité augmentée, il est demandé à l'application de détecter un visage et d'en estimer le volume. L'étape suivante consiste à venir appliquer une image 2D sur ce volume.

Ces filtres peuvent être fournis par l'application mais aussi partagés par des utilisateurs qui auraient eu envie de réaliser leurs propres filtres. Un réseau social comme Instagram (rappelons le, appartenant à Facebook) met même en accès libre un programme pour faciliter la réalisation de ces filtres. La simple demande est de créer un compte sur le logiciel en s'identifiant à l'aide de son compte Facebook.

Outre mesure cet aspect technique, créer un filtre en utilisant un portrait revient à simuler du DeepFake en temps réel sans avoir besoin de connaissances techniques. De plus, ces masques s'intégrant facilement aux réseaux sociaux. Ils sont donc faciles d'accès et leur utilisation très intuitive. Il est également bon à savoir que les filtres peuvent être appliqués même lors d'appel vidéo sur ces réseaux sociaux et donc masquer son visage face à un interlocuteur.

Ce projet cherche à susciter l'intérêt autour des dangers de la reconnaissance faciale, pourquoi s'est-on senti obligé de masquer son visage en ligne ?

?

Un masque contre la reconnaissance faciale

édition / photographie / GAN

Des filtres comme masques

Les réseaux sociaux mettent en place une option permettant de prendre des photographies à publier en story (avec la possibilité de pouvoir sauvegarder son image dans la galerie de son téléphone). Cette fonctionnalité met également à disposition l'option d'ajouter des filtres de couleurs mais aussi des filtres semblables à des masques virtuels. Leur conception s'apparente à de la réalité augmentée, il est demandé à l'application de détecter un visage et d'en estimer le volume. L'étape suivante consiste à venir appliquer une image 2D sur ce volume.

Ces filtres peuvent être fournis par l'application mais aussi partagés par des utilisateurs qui auraient eu envie de réaliser leurs propres filtres. Un réseau social comme Instagram (rappelons le, appartenant à Facebook) met même en accès libre un programme pour faciliter la réalisation de ces filtres. La simple demande est de créer un compte sur le logiciel en s'identifiant à l'aide de son compte Facebook.

Outre mesure cet aspect technique, créer un filtre en utilisant un portrait revient à simuler du DeepFake en temps réel sans avoir besoin de connaissances techniques. De plus, ces masques s'intégrant facilement aux réseaux sociaux. Ils sont donc faciles d'accès et leur utilisation très intuitive. Il est également bon à savoir que les filtres peuvent être appliqués même lors d'appel vidéo sur ces réseaux sociaux et donc masquer son visage face à un interlocuteur.

Ce projet cherche à susciter l'intérêt autour des dangers de la reconnaissance faciale, pourquoi s'est-on senti obligé de masquer son visage en ligne ?