MARIE MADONNA
Étudiante en Design Graphique, actuellement à l'ÉSAD • Valence. Graphic Design student, currently at ÉSAD • Valence.

marie.madonna@esad-gv.fr
mariemadonna@hotmail.fr

@mdnamarie

WORKSHOPS :
Adrien Vasquez ( 2018 )
PJ Pargas ( 2018 )
+ Emile Greis
+ Maxime Bouton
Elamine Maecha ( 2018 )
Super Terrain ( 2017 )
Prototypo ( 2017 )
Vergine Keaton ( 2017 )
Atelier Müesli ( 2017 )
Romain Fianu ( 2016 )
Bon Caillou ( 2016 )

STAGES :
Captures Éditions ( 2018 )
Bunker Palace ( 2012 + 2016 )
Imprimerie Reka ( 2015 )
AK2 Architecture et Design ( 2013 )
Kaell Architecte ( 2010 + 2012 )

EXPÉRIENCES :
Photographies argentiques publiées dans Argentik Mag ( issue 6 )
LomoHome de la semaine pour Lomography ( 23-30.08.2019 )
LomoHome of the Day pour Lomography ( 08.06.2019 )
Graphiste pour Captures Éditions de manière ponctuelle
Photographies argentiques publiées dans Argentik Mag ( issue 4 )
Lauréate du concours de la carte de vœux 2015 ( Mairie du Grand Lyon )

WORKSHOPS :
Adrien Vasquez ( 2018 )
PJ Pargas ( 2018 )
+ Emile Greis
+ Maxime Bouton
Elamine Maecha ( 2018 )
Super Terrain ( 2017 )
Prototypo ( 2017 )
Vergine Keaton ( 2017 )
Atelier Müesli ( 2017 )
Romain Fianu ( 2016 )
Bon Caillou ( 2016 )

INTERNSHIPS :
Captures Éditions ( 2018 )
Bunker Palace ( 2012 + 2016 )
Imprimerie Reka ( 2015 )
AK2 Architecture et Design ( 2013 )
Kaell Architecte ( 2010 + 2012 )

EXPERIENCES :
Analogue photographies published in Argentik Mag ( issue 6 )
LomoHome of the week for Lomography ( 23-30.08.2019 )
LomoHome of the Day for Lomography ( 08.06.2019 )
Occasional graphic designer for Captures Éditions
Analogue photographies published in Argentik Mag ( issue 4 )
Laureate of the greetings card 2015 contest for the Grand Lyon’s town hall, I learned to work based on a brief for a customer

PORTRAIT TYPE COMPOSITE PROFILE

Un magazine qui a pour point de départ la synthèse du visage d’individus afin d’en produire un nouveau en guise de « moyenne ». Dans une société de l’image, de l’auto-portrait dit « selfie » et de l’automatisme, cette édition utilise un procédé nécessitant l’utilisation de smartphone. Toutes les photographies sont initialement des selfies numériques replacées dans une dimension physique du tirage papier, une manière de leur rendre une place dans cet ensemble de photographies immatérielles. Dans ce numéro, la pratique même qui a permis de créer les premiers portraits type est mise en avant, il s’agit de la photographie argentique.

En se tournant vers une utilisation particulière de la photographie, qui n’est autre que l’identification des individus, d’autant plus autours d’attitudes et intérêts (historiquement liée à la criminalité); il est possible de s’interroger sur des pratiques plus légères comme la photographie argentique elle-même. Existe-t-il un photographe argentique type ? L’intérêt lié à une pratique peut-il être lié à l’apparence physique ? Et à quoi ressemblerait cet individu créé de toutes pièces ? Cette édition est une manière de retrouver ce système de portrait type au tirage argentique mais grâce à une base de donnée numérique; pour une démarche photographique alternative mais aussi de post-photographie. Ce projet est possible grâce à la boîte «Screenopé».

Le lien intime qui associe analogique et numérique est ici mis en pratique. Un appel à projet a été lancé et quelques curieux de l’analogique se sont prêtés au jeux. Deux étapes distinctes ont été réalisées, ne nécessitant qu’un smartphone. La première partie étant de collecter et de constituer la fameuse base de donnée de portraits. Ils se présentent sous forme de selfies, les plus neutres possible, à la manière des clichés de Thomas Ruff, des portraits sans émotion particulière, aseptisés. La deuxième partie repose non pas sur l’aspect physique du photographe, mais plutôt dans sa démarche et sa pratique. Une manière de faire marche arrière et de retourner à chaque individu dans sa singularité.

A magazine which is based on face synthesis in order to create a new « average » face. In our society ruled by images, self-portraits called « selfie », and automatism, this edition is my use of the Screenopé project. Every photography were initially digital selfies placed in a material dimension by silver printing them. This issue of « PORTRAIT TYPE » (« COMPOSITE PROFILE ») brings forward analogue photographers.

A specific use of analogue photography was the identification of individuals, we can now ask ourselves, does a typical analogue photographer exist ?

The relationship between analogue and digital is put into practice. A call for project has been initiated, divided in two distincts parts. The first part was to collect and creat a data base of portraits as selfies. But they are as neutral as possible, as Thomas Ruff’s portrait series. The next part wasn’t based on the physical aspect of photographers, but on their approach. A way to step back an return and see each photographer’s uniqueness.

SCREENOPÉ SCREENOPÉ

Un enjeu presque utopique, comment réussir à associer photographie numérique et analogique...

C’est alors que la technique, l’histoire de la photographie et une certaine sensibilité se sont rencontrées pour tenter de trouver un compromis. Un périple de quelques moins, quelques tentatives bancales et enfin une solution.
Dans un monde du tout numérique, de la photo automatique sur smartphone, comment permettre aux curieux des pratiques argentiques de s’initier au tirage argentique, sans pour autant devoir investir dans un appareil photo, des pellicules, de se lancer dans le développement de la pellicule et se procurer un agrandisseur.

Une manière d’obtenir un tirage papier argentique tout en diminuant la quantité de chimie utilisée et les coûts dans l’investissement de l’ensemble du matériel.

La boîte est l’outil qui remplace l’agrandisseur, ici elle permet d’obtenir des tirages en 10 x 15 cm sans utiliser une optique pour obtenir un tirage net et adapté au format du papier à partir d’un smartphone.
La technique se base sur le principe du sténopé. Un sténopé est un dispositif optique très simple permettant d’obtenir un appareil photographique dérivé de la camera obscura. Il s’agit d’un trou de très faible diamètre percé dans une plaque de très faible épaisseur. Par extension, on appelle ainsi l’appareil photographique utilisant un tel dispositif. En plaçant le téléphone dans l’espace adapté, le papier au fond de la boîte et le trou du dispositif au plus proche du téléphone, l’image sera alors agrandie sur le papier.

Screenopé se présente sous forme de kit, comprenant touts les éléments nécessaires à la création de la boîte puis à la réalisations de ses tirages argentiques.

In our digital world, the world of automatic photography using smartphones, how can analogue interested people to introduce themeselves to silver print without having to buy a camera, films and an enlarger.

I created a tool which replace the enlarger in order to obtain 10x15 cm sharp silver prints without any lens but a smartphone. The system is based on the pinhole process. That’s why I called it « Screenopé », indeed, « Screen » reminds the smartphone needed, and « -opé » is for the french translation of « pinhole » which is « sténopé ».

I then imagined a whole kit with all the different essential elements to create the tool, then how to print your own photographies.

L'empreinte digitale & la transparence voilée "L'empreinte digitale & la transparence voilée" — The digital imprint & the veiled transparency

Une édition regroupant deux textes d'André Gunthert autour de la photographie et de son rapport au temps et de sa valeur de vérité absolue. L'ensemble de l'iconographie va en opposition à ces notions.

A book regrouping two texts by André Gunthert about photography, its relation to time and ultimate truth. The whole iconography works by opposition to these notions.

Archive éphémère Ephemeral archive

L’archive évolue au même rythme que les progrès techniques, dématérialisée, disponible en ligne à partir de n’importe où. Nos images archivées résisteraient au temps.
Ce n’est pas totalement vrai, ces avancées continuent de laisser derrières elles des systèmes de sauvegarde désormais datés et obsolètes. Cette interface pointe du doigt la réalité : l’obsolescence et cette faille dans la recherche de l’archivage éternel. L'interface permet de prendre et de stocker des photographies, mais au lieu de conforter l’utilisateur en lui promettant une sauvegarde éternelle de ses photographies, l’interface altère lentement la prise de vue jusqu’à complètement la supprimer. Il s’agit d’une course contre le temps. Il est cependant toujours possible de conserver l’instant mis en ligne, pour ce faire l’utilisateur doit choisir d’imprimer sa photographie. Elle existe alors, dans son état de décomposition plus ou moins avancé, sur un support imprimé ainsi que sur la plateforme où sa dégradation serait figée.

Comment fonctionne la plateforme ? Il suffit d’avoir un ordinateur disposant d’une caméra ou d’un téléphone (et dans le futur, d’une imprimante de bureau) puis de cliquer sur «prendre une photo» pour prendre et sauvegarder la photographie. Sa durée de vie débute alors. Pour la conserver il suffit de cliquer dessus, une fenêtre d’impression s’ouvre alors.

Enfin, tant que la plateforme elle-même fonctionne, un rapport annuel aurait une vocation d’état des lieux et de classement, propres à l’archive. Le but est donc bien de rendre compte de l’obsolescence des programmes, d’archiver et de présenter un système de sauvegarde.

/lien vers la plateforme "Archive éphémère" en ligne

Archive evolves side by side with technical progress, dematerialised, online. Our archived pictures would endure time.

This isn’t actually true, these progresses already left behind outdated saving systems. I created an online page pointing this reality. You can take a picture and it will be saved on the page, but instead of comforting the user by promising an everlasting saving of its photographies, they are slowly blurred until being completely unreadable. It is a race against time.But, it is still possible to save the picture, to do so, the user has to print its photography. It then exists more or less blurred, depending on the duration between the take and the print.

Finally, as long as the page is still operational, an annual report would be produced as a stuational analysis.

/link to the online project

La marche militaire The military march

La notion de temps est induite dans la photographie : il s'agit d'une prise de vue d'un instant passé pendant une durée plus ou moins courte. Suite aux premières recherches ( Temporalité dans la photographie ), aux écrits de Flusser et de Barthes, j'ai alors envisagé le temps comme une contrainte à la prise de vue. Le Lomokino Super 35 ( Lomography ) permet la prise de vue sous forme de film.

Le contexte de prise de vue est ici inspiré d'une astuce pensée par les frères lumières pour garder une cadance qui n'est autre que de réciter un chant rythmé. J'ai utilisé une marche militaire.

La présentation du film se présente sous deux formes : la vidéo montée & une projection lente de diapositives. Il y a alors étirement du temps.

Time is a huge part of photography : by definition, it is a take of a passed moment during a more or less short period. After my other project "Temporality through photography", my readings of texts by Flusser and Barthes, I decided to use time as a constraint in takes. The Lomokino Super 35 (Lomography) ables photography as a movie.

Twister Typo Twister Typo

Mise en espace d'un alphabet sonore interactif, une manière de composer le texte contemporaine au mouvement Dada. Le corps et le déplacement de l'utilisateur dans l'espace permet à la fois d'écrire et de composer avec les sons des caractères.

Workshop accompagné de PJ Pargas (Jean-Pierre Gaspar), Gilles Rouffineau, Maxime Bouton, Emile Greis ainsi que les ingénieurs de l'ESISAR.

/lien vers la version web

Creation of a interactive sonorous alphabet, a contemporary way to the Dada movement to compose text. The body and the move of the user allows at the same time to write and to compose with the sound of each character.

Workshop with PJ Pargas (Jean-Pierre Gaspar), Gilles Rouffineau, Maxime Bouton, Emile Greis students at ESISAR.

/link to the web version

Man in the Middle Man in the Middle

Les flux réseaux sont envahis par des voix paranormales, les voix des morts, des voix fantômes.
Ces voix qui nous sont initialement inaudibles, car se propageant à travers des paquets de données silencieuses et temporaires, sont ici sauvegardées sur un support qui en permet sa relecture tant que l’objet de sauvegarde peut être lu.
Une manière d’offrir aux morts une nouvelle manière d’exister.
À la manière de la photographie, de la vidéo ou de l’enregistrement sonore; les sons paranormaux captés sur les flux réseaux existent sur une durée plus longue. Ils résistent au temporaire et à la disparition, ils défient leur durée de vie initiale et subissent un étirement du temps. Cependant chaque outil de sauvegarde est lui-même limité par la technique, une nouvelle temporalité appliquée par sa propre durée de vie.

The network stream is invade by paranormal voices, dead's voices, ghost voices.
Those voices are initially silent to us, because they travel through silent and temporary data packets, are now saved on readable back-up devices.
A way to offer a new way to exist to deads.
As photography, video or audio, those paranormal voices exist longer than they originally should. They defy temporarity and disparition, their own lifetime and receive a time-stretching. But those back-up devices have their own lifetime as well, a new temporality applied to their own lifetime.

Temporalité dans la photographie Temporality through photography

Il s'agit d'un projet en cours visant à représenter les différentes temporalités de prise de vue à travers une même image. D'après l'étude de Flusser notre prise de vue est limitée par la technique, il en est de même pour la temporalité dans la prise de vue : nous captons un moment défini mais comment appliquer plusieurs temporalités dans une même photographie ?
Un rappel à l'histoire de la photographie et ses prises de vue sur verre.

How to show multiple temporalities into one image ? Vilèm Flusser says that our takes are limited by technical issues, the same way as temporality into a take.
A recall to wetplate photography.

Chrono-typographie Chrono-typographie

Le projet consiste à créer un système de classement chronologique de 124 typographies connues. Il prend la forme d'un dépliant dont le verso est un poster.
L'intérieur du dépliant un un classement classique regroupant année de création, fonte, typographe, fonderie et classe. Le poster permet d'observer les liens entre typographies et périodes de créations, un ensemble fourni de correspondances, un jeu entre dans la masse d'informations.

A whole classification system of 124 famous typographies. The project exists as a leaflets which can be turned into a poster.

ERNEST ERNEST

Série de trois journaux autonomes et/ou sous forme de collection, les notions de flux observés sont retranscrits dans chaque numéro.
La collection permet de recréer un graffiti d’Ernest, graffeur très présent sur le quai Mistral de Valence.

Three individual newspapers working as a collection, about flows seen in a specific place.
The collection ables to recreate one of Ernest's graffiti, the most active graffiti artist on the Quai Mistral, Valence.

Many Are Stuck Many Are Stuck

Questionnement du voyage immobile grâce à la photographie, les sujets sont plongés dans leur lecture, ils voyagent physiquement et mentalement, dans un univers qui nous est inaccessible.

Hommage à la série “Many Are Called” de Walker Evans

Questionning still traveling thanks to photography, the characters are reading, they travel physically by taking the metro of Lyon, and mentaly into a univers we can't reach.

Tribute to "Many Are Called", Walker Evans.